Le coin à Jean-Paul

La lumière au bout du tunnel

 

La lumière au bout du tunnel

 

Devant plus de 5000 spectateurs, les Huskies ont complété le calendrier régulier de la saison 2011-2012 sur une note fort positive en dominant les Olympiques de Gatineau par des pointages de 5-2 et 6-3 en fin de semaine dernière. La joie était à son comble dans les gradins et autour du vestiaire de la meute après le match de samedi et pour cause, car battre Gatineau ça fait toujours un petit velours, mais deux fois de suite, c’est encore meilleur pour le moral. On se prépare donc à rencontrer les puissants Cataractes de Shawinigan en première ronde des séries, ce qui est tout un contraste avec la fin de saison de l’année dernière.

Il y a un an, le Rouge et Noir complétait la pire saison de son histoire avec une mince récolte de 12 victoires et 30 points pour se classer au dernier rang du classement général, avec en prime quelques records d’équipe peu enviables. Une année de souffrance et de misère! Plusieurs partisans anticipaient une autre année aussi difficile pour 2011-2012, alors que d’autres entretenaient quelques lueurs d’espoir. Au bout du compte, on peut dire que la lumière se pointe au bout du tunnel et il semble bien que ce ne soit pas un train qui s’en vient. Qu’est-ce qui nous permet d’affirmer cela? Plusieurs choses.

En premier lieu, c’est la façon avec laquelle l’édition de cette année a évolué malgré la moyenne d’âge la plus basse de toute la ligue. En raison des travaux de rénovation et d’agrandissement à l’aréna IAMGOLD, il a fallu commencer la saison avec douze parties consécutives sur la route et on a surpris plusieurs personnes à travers la ligue avec une fiche de cinq victoires, six défaites en temps réglementaire et une en prolongation. Ensuite, il y a eu ce retard dans la livraison du nouvel amphithéâtre qui a forcé la meute à jouer neuf parties à l’aréna Jacques Laperrière dans des conditions plutôt difficiles. D’ailleurs, on a ressenti les effets de cet embêtement avec une séquence de sept défaites consécutives.

Puis, on a connu une mini-crise au sein de l’équipe qui a contraint la direction à faire le ménage en limogeant deux joueurs d’impact afin de préserver et de revigorer l’identité de la formation. Peu à peu, on a senti un vent nouveau qui soufflait autour de la troupe avec le déménagement dans le nouvel aréna et l’installation du nouveau tableau indicateur. L’arrivée de Frédéric Tanguay, Liam O’Brien et Antonio Mastropietro a aussi contribué à cimenter l’esprit d’équipe et surtout à intensifier le sentiment de confiance si nécessaire à la progression d’un groupe de personnes qui travaillent ensemble pour la même cause.

Au terme de la première moitié de saison, on a amassé 24 points sur une possibilité de 68, mais en deuxième moitié, on a joué pour presque .500 avec une récolte de 32 points sur 68 et une séquence de six victoires, deux défaites en temps réglementaire, une en prolongation et une en fusillade dans les dix dernières rencontres de la saison, au moment où ça comptait le plus. Résultat comparatif avec la saison dernière : 26 points de plus au classement général pour obtenir une 15e place, une hausse de 76 buts marqués qui nous classe au 10e rang de la ligue, une baisse de 43 buts accordés, notre jeu de puissance qui se retrouve au 9e rang du circuit, notre efficacité en désavantage numérique qui nous confère la 11e position, deux de nos recrues parmi les dix meilleurs marqueurs chez les recrues de la ligue dont Andrighetto au 3e rang et Mathieu Brisebois au 4e rang des compteurs chez les défenseurs.  

Ce sont là quelques signes encourageants pour l’avenir de l’équipe, mais il y en a d’autres. Ainsi, il y a 19 joueurs sur 23 qui pourraient revenir l’an prochain, si j’en compte deux qui pourraient être repêchés par Sherbrooke. Nous aurons aussi six choix dans les trois premières rondes lors de la prochaine séance de sélection. Nous pouvons espérer le retour de nos deux joueurs européens qui ont performé au-delà de nos espérances cette année et qui devraient poursuivre leur progression la saison prochaine. Notre jeune brigade défensive a appris à la dure cette saison et elle devrait s’affirmer davantage. Avec onze joueurs qui ont marqué dix buts et plus, sans compter deux autres qui en ont marqué neuf, on peut s’attendre à une attaque plus équilibrée et avec plus de profondeur. Enfin, l’arrivée d’un jeune gardien prometteur en la personne d’Alexandre Bélanger nous permet d’anticiper de meilleurs jours devant notre filet.

Que dire maintenant de ce qui se passe à l’extérieur de la patinoire et qui augure bien pour la solidité de notre franchise. Au terme de la présente saison, on entreprendra des travaux importants de rénovation et d’agrandissement des espaces réservés à l’équipe qui vont se comparer avec les formations les mieux nanties du circuit. On parle aussi de changer les bandes à l’aréna IAMGOLD pour assurer une meilleure sécurité pour les joueurs. Avec le nouvel amphithéâtre et le nouveau tableau indicateur, on constate un nouvel engouement pour la meute. Depuis leur premier match dans leur nouveau domicile, les Huskies ont attiré une moyenne de 2017 spectateurs même avec une équipe de bas de classement. Près de la moitié des rencontres ont attiré plus de 2000 personnes.

Si on prend tout cela en considération, on peut conclure que cette franchise s’en va dans la bonne direction. On a vivement l’impression de progresser, d’avancer, d’aller vers l’avant, ce qui est encourageant. Mais, cela ne veut pas dire pour autant qu’on remportera la Coupe du Président l’an prochain. Il reste encore beaucoup de travail à faire et comme c’est souvent le cas dans le junior, on devra peut-être composer avec des imprévus de taille. Pour l’instant, savourons le moment et ayons confiance que le meilleur est à venir.  

Jean-Paul Charlebois

Descripteur des matchs des Huskies à Capitale Rock

 

Zone des partisans

Facebook
Twitter

Question

Suivez vous le repêchage cet été?